.

Une envie de pouponner...
Pour le moment, le sort s'acharne
... Les traitement et les FIV s'enchainent...
On rassemble nos forces, on essaie de garder espoir et on continue de se battre !

lundi 7 décembre 2009

Mes chères collègues (bis)

Collègues n°1 :
Ai-je vraiment besoin de savoir au jour le jour la couleur des glaires de bb n°1 ?
Que les selles de bb n°2 sont marrons et débordantes et que c’est vraiment pénibles de devoir la changer au moment même de partir à la crèche ?

Collègue n°2 :
Ai-je vraiment besoin de savoir que bb n°1 a des glaires très encombrantes, qu’elle laisse son mari les aspirer parce que ça la dégoute trop (et moi, ça m’écœure pas conasse que tu me le racontes ??)
Passons à bb n°2…
Rappel du contexte : bb n°2, malade toute la nuit, finit la nuit dans le lit de ses parents.
Et que lassée de changer les draps pour la xième fois de la nuit, elle a préféré finir sa nuit la tête dans le vomi de bb n°2 ?

Rassurez-moi (encore) vos collègues sont moins dégueu ??
Je n’en peux plus de les entendre toute la journée… Franchement, elles se rendent pas compte qu’elles sont crades ?
Tout ça autour d’un bon café. Hum !
Dire qu’elle paraisse super intéressée par ce que raconte l’autre…

.

8 commentaires:

  1. Tu devrais leur couper la conversation, genre : "en ce moment je lis un bouquin super..." Tu verras ça calme ;-)

    En attendant, COURAGE !!

    RépondreSupprimer
  2. J'essaierai la prochaine fois ;-)
    Aurons-nous un petit article aujourd'hui sur ta rencontre avec Mimo ? :D

    RépondreSupprimer
  3. Ha... je n'ai pas droit à ce genres de récits moi...
    Faut dire que je travaille qu'avec des gars, ça diot aider...
    Par contre du coup j'ai droit aux analyses footbalistiques les plus poussées...
    Bisous

    RépondreSupprimer
  4. ah la la, comme je te comprends ! j'ai notamment une collègue qui parle tout le temps de ses gosses, de son accouchement, c'est insupportable ! je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  5. tu devrais leur dire "ben moi ma mycose vaginale, en ce moment..." je pense que ça leur couperait l'envie, non?

    RépondreSupprimer
  6. Dieu merci, je reste loin des mes collegues maman.
    Et Dieu merci si je m'approche elles ne montrent que le côté prodigue de la progéniture.

    en tout cas, j'ai lu ton billet lors de mon déjeuner, j'étais bien dégoutée...
    bisous

    RépondreSupprimer
  7. se prennent pour qui ces connes avec leur récit?pfff
    bises
    VAL

    RépondreSupprimer
  8. Wahou!!!! sacrées collègues dis moi! lol
    C'est là que je suis contente de n'être qu'avec des hommes! lol
    Gaëlle

    RépondreSupprimer