.

Une envie de pouponner...
Pour le moment, le sort s'acharne
... Les traitement et les FIV s'enchainent...
On rassemble nos forces, on essaie de garder espoir et on continue de se battre !

mercredi 9 avril 2014

Article à rallonge, vous êtes prévenus!



(en même temps, un an sans nouvelle...)
8 ans d’attente.
Je crois mettre imaginer la scène un bon millier de fois. Ce sera le jour où ma vie basculera…
Comment je l’annoncerai à l’homme ?? Et puis à nos amis, à nos parents.
Toutes les possibilités sont envisagées, des scénarios les plus simples aux plus burlesques, j’ai tout imaginé !
Et puis il y a la vraie vie, les claques au fur et à mesure des échecs… Jamais d’annonce à faire.
3 inséminations, 8 fécondations in vitro, 2 transferts d’embryons congelés (sans compter les FIV annulées en cours de traitement qui ne donneront pas lieu à un transfert).
10 transferts d’embryons, 18 embryons transférés en tout.

Le dernier, le 10ème transfert, les embryons n°17 et n°18…
La semaine après le transfert se déroule toujours de la même manière…
Une grande impatience, ce temps qui ne s’écoule pas, chaque minute qui dure une heure. Pourquoi le temps devient-il infini à ce moment-là ???
A l’approche de la prise de sang, je ne veux plus savoir, j’ai la trouille, je ressens les symptômes prémenstruels qui annonce la même issue…
Des tâches même, je me décompose, je pleure.
Et puis intuition ou usure, le lendemain, je ne me suis pas sentie aussi déprimée que d’habitude.
J’ai fait ma prise de sang avec un jour d’avance, histoire d’anéantir tout espoir.

Il est midi, je suis au bureau, je reçois les résultats par mail.
32 ui.
Je ferme mes mails, je regarde le sol, je suis certaine d’avoir mal vu ?
Je rouvre mes mails.
32 ui, c’est bien mon nom, mon prélèvement.
Je suis enceinte.
Oh, je sais bien que le taux est faible, mais qu’importe, BORDEL, c’est la première fois.

Je m’enferme dans une salle de réunion, je téléphone à l’homme.
« Je suis enceinte ». Silence.
8 ans qu’on attend ça, on ne sait pas quoi se dire, sauf qu’il faut être prudent, voir comment évolue le taux.

En tout, j’ai réalisé 11 prises de sang, pendant 3 semaines.
L’évolution attendue ne s’est jamais produite. Il fallait que ce taux double toutes les 48h, mais ça n’a toujours fait qu’entre x1,5 / x1,9. Qu’importe, le taux grimpait régulièrement, les gynécos nous ont dit que ce n’était pas une science exacte, que l’évolution devait être régulière et qu’à partir de x1,5 c’était bien. On était dans les (petits) clous et c’était bien là l’essentiel.

Cet embryon (oui, avec ce taux, on se doutait bien que je n’attendais pas des jumeaux !), je l’ai couvé, je lui ai donné toute ma confiance, de jour en jour. J’ai cru en lui. Je l’ai nourri d’utrogestan 3 fois par jour. Je suis restée allongée 3 semaines, tant que j’avais des pertes brunes.
Pourtant, avec l’homme, nous n’avons fait preuve que de prudence. Aucune effusion de joie, nous étions trop paralysés par la peur, seulement beaucoup d’espoirs. D’immenses espoirs.
Au bout de 10 jours, la suspicion de grossesse extra-utérine a quand même écorché ces espoirs, violemment. Mais toujours la confiance, toujours le désir immense d’avoir, pour une fois, un peu de chance.

Au bout de 4 semaines, la grossesse extra-utérine a enfin été écartée, mais l’évolutivité de la grossesse sérieusement mise à mal…
Et on a commencé à trembler…
Comment se préparer à une fausse couche ??
8 ans. 1 seule accroche. 1 fausse couche.

Certains diront que ça marchera la prochaine fois…
8 ans pour 1 grossesse, la prochaine fois, j’aurai 41 ans… On n’est pas rendu les amis !

Je ne fêterai pas mes 33 ans le ventre plein d’espoir,
J’irai au baptême de la fille de ma chère belle-sœur le ventre vide,
Je n’aurai pas le jonc tant désiré pour mon anniversaire, pour ensuite y suspendre la médaille de l’initiale du prénom du bout de chou,
Je ne me pavanerai pas sur la plage avec un beau bidon cet été,
Je ne parlerai pas prénom avec mon chéri,
Je n’accoucherai pas mi-novembre,
Je n’élèverai pas mon homme au statut de papa en novembre prochain,
Je ne serai pas mère…
La liste des « Je ne » est beaucoup trop longue…, beaucoup trop déprimante…


Je ne trouve pas les mots pour définir ce nouveau vide, cet état soudain.
Lundi à 10h, à 7 semaines d’aménorrhée et 3 jours (ou 8 semaines d’aménorrhée – les gynécos n’ont pas tous l’air d’accord sur la date… le 1er jour est-ce la fécondation ou la date du transfert ???), l’interne nous disait que le sac intra-utérin avait évolué positivement, qu’il était certes petit pour le terme, mais qu’on se laissait 7 jours supplémentaires pour analyser l’évolutivité de la grossesse.
A 12h, les saignements commençaient…
Le lendemain matin, je constatai être couverte de sang jusqu’aux genoux et avoir perdu beaucoup de membranes et caillots. A 12h, un autre interne confirmait que le sac était évacué, mais qu’il restait encore beaucoup de résidus à évacuer…
Je ne suis plus enceinte. Depuis le 1er avril, je ne suis plus enceinte et ce n’est pas une blague.

Encore 7 jours d’attente avant le prochain contrôle.
Mais moi, je fais quoi pendant ces 7 jours ?
Je dors, je pleure, je lis, je pleure, je dors.
J’essaie d’évacuer physiquement et mentalement .
Comment abandonner tout l’espoir nourri ces dernières semaines ?
Comment reprendre une vie normale ? Travailler, manger, dormir, parler de tout et de rien, parler avec des gens qui ne savent rien de ma situation, gérer la chute d’hormones, ne pas sombrer…

Je me sens juste mal, triste, d’une tristesse immense…
Techniquement, j’ai peur d’une fausse couche incomplète qui viendrait encore compliquer la suite de notre parcours (à priori, c'est plutôt bon, l'évacuation est en bonne voie).
Mais je me demande surtout comment nous allons surmonter cette perte, certes d’un tout petit embryon, mais qui avait déjà une si grande place dans nos cœurs…
38 jours de grossesse depuis le transfert, 28 jours que nous étions sûr qu’il était là.

Aujourd’hui, je pleure.
Sur cette vie en devenir qu’on nous a volé, sur la vie à 3 que j’attends depuis 8 ans et dont je tenais la promesse au creux de mon ventre…
Monter dans le train, sortir du tunnel, je l’ai souvent imaginé et rêver. Jamais je n’avais imaginé cette situation si inconfortable, si angoissante…

Est-ce que je revivrais une grossesse ?
Sera-t-elle plus sereine, malgré l’angoisse qu’une fausse couche se reproduise ?
Comment reprendre confiance, en moi, en nous, en nos embryons ?
Quand serons-nous prêts à recommencer ?
Serons-nous assez forts pour dépasser notre tristesse ?

Quelques amies m’ont encore soutenue d’une manière incroyable. Venir me voir, m’appeler tous les jours sans avoir toujours quelques choses à se dire, recevoir des SMS, c’est un soutien indescriptible.
Dans ces moments-là, on n’a pas toujours envie de parler, on a pas toujours envie de voir du monde, mais on a besoin de sentir qu’on pense à nous, qu’on a du monde sur lequel s’appuyer… Si les gens n’appellent pas, on a juste l’impression d’être terriblement seule !
Et sentir quotidiennement que les gens pensent à nous, sont là, alors que leur place est difficile à trouver et qu’ils ne savent pas toujours quoi nous dire, c’est un soutien exceptionnel.
M’écouter, prendre de mes nouvelles, parler de tout et de rien, me raconter des conneries, c’était salutaire ! en effet, 5 semaines à la maison, c'est LONG...

L’étape suivante c’est la reprise du boulot, le retour à la vie normale, et je l'espère, la fin des complications médicales (ulcère, ballonnements, migraine, ...).
Je ne tiens pas debout, je pique du nez à 14h, mais ça fait du bien de penser à autre chose.

Le temps pansera les plaies, les miennes, celles de l’homme (qui a sacrément morflé dans cette épreuve, entre les angoisses de la grossesse et l’impuissance à me regarder souffrir physiquement sans rien pouvoir y faire…), la vie reprendra son cours, dans quelques temps, malgré notre fardeau, alourdi d’un poids supplémentaire.

52 commentaires:

  1. Si désolée pour vous...
    Je suis quand même contente d'avoir des nouvelles, même si elles sont moins bonnes qu'on aurait pu l'espérer.
    Je vous envoie tout le courage possible pour les prochaines semaines.

    Banane

    RépondreSupprimer
  2. Je suis profondément désolée de cet espoir transformé en immense chagrin, c'est injuste !

    RépondreSupprimer
  3. Oh Lilou, que la vie est cruelle... Prends soin de toi, toutes mes pensées t'accompagnent dans cette douloureuse épreuve, je t'embrasse très fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lili. J'ai vu pour la double bonne nouvelle chez toi ;-)
      Félicitations!

      Supprimer
  4. Pas de mot magique à proposer bien sûr, juste des pensées pour adoucir ça... Passée par là il y a 3 ans, premier taux à 37, des progressions pas suffisantes ensuites, des semaines dans l'expectative, et puis la FC. Même si c'est aussi "rassurant" de se dire 'ça peut arriver, cet embryon n'avait juste pas tout le bon matériel génétique pour vivre, mais enfin, l'accroche est possible", ça reste un écorchement quand on est passé par où vous êtes passés. Essaie de profiter des beaux jours qui reviennent pour te retaper, et prendre plaisir quand même à la vie d'une façon ou d'une autre... Des encouragements virtuels et même, une espèce de bise numérique pour toi dans ce moment de vie délicat.
    Virgo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, pas de mot magique, mais du soutien et des pensées qui font du bien ;-)

      Supprimer
  5. Que je te comprends lilou, je suis passée par la mais moi ca a duré 8 semaines !!! 8 semaines de grossesse, avec échographie toutes les semaines et toujours plus de retard, a chaque semaine l'espoir puis la peur d'entendre la fin, taux a 39 au départ, 9 prises de sang...
    puis a 8 semaines le doc m'annonce l'arret du coeur, envie de crier, je m'effondre, curetage puis hemmoragie et 2e curetage.. Après 6 ans d'attente je me retrouve le ventre vide. Puis echec du transfert suivant, et enfin 3e fiv une grossesse avec un taux de 152, qui évolue normalement, pourtant stress, angoisse et peur me paralysent, je n'ai pas vécu mes 3 premiers mois et je le regrette aujourd'hui, mon fils a 18 mois j'ai réussi on a réussit alors espoir ma belle tu y arriveras. Et surtout dit toi que ca a accroché donc ca recommencera. bisous et courage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'espère que tu auras raison, que ça remarchera!
      Merci.

      Supprimer
  6. Coucou Lilou,
    Même histoire que le precedent commentaire: après une toujours trop longue attente, FC à 10 semaines puis 2 curetages...Et quelques semaines sans un sourire. La goutte d'eau qui fait déborder le vase de larmes...la colère, l'injustice, un début de dépression...Et aujourd'hui, un petit loulou de 2 ans et un autre dans le bidon.

    Un petit peu d'espoir pour toi

    COurage et plein de bisous

    RépondreSupprimer
  7. Tu fais partie des premiers blogs que j'ai lu. Je ne sais que te dire. Il y a énormément de choses, de belles et de terribles, qui se sont passées durant cette année. Pour le moment prend tant soin de toi. Un jour tu remerciera je l'espère ce petit bout parti bien bien trop tôt et présent si grandement dans le coeur de ses parents. J'espère que le soleil va revenir. Tu/Vous mènes un combat que tu n'as pas choisi depuis tant d'années, je reste stupéfaite quant aux injustices de ces dernières semaines. Je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes mots qui font du bien.
      On croise fort les doigts pour toi XXXX!!

      Supprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. Ma chère Lilou,
    J'ai suivi... J'ai su...
    Je n'ai pas trouvé les mots...
    Ils ne sortent toujours pas, d'ailleurs. Ni pour ce que vous avez vécu, ni pour ce qu'on a vécu.
    Je te félicite d'avoir réussi à exprimer ici, sur ton espace, ton ressenti, ta douleur, ta colère et sans doute ta haine. Tout ceci n'est qu'injustice.
    Je suis profondément désolée pour toi, pour moi, pour les (heureusement, rares) qui continuent sur le chemin de la galère.
    Puisse un jour ton coeur sourire... mais en attendant, je sais combien c'est dur et je te serre dans mes bras.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu besoin d'écrire pour ouvrir les vannes! Et j'ai été une vraie fontaine en écrivant ces lignes!
      C'est une excellente soupape.
      Pour reprendre les conseils de Fabienne, il est parfois difficile de faire un texte, alors parfois, jeter des mots en vrac est parfois plus simple, et les affecter dans différentes listes "Espoir, Tristesse ou Peur", y associer des couleurs, des dessins; tout cela peut aider!
      Plein de courage à toi aussi pour reprendre des forces, de la confiance pour la suite.
      Je t'embrasse

      Supprimer
  10. même si je sais...
    te lire
    ici
    mes larmes coulent encore,
    elles se mêlent aux tiennes.
    il fallait écrire, poser des mots, des phrases, des ressentis, douleur, colère, tristesse
    pour aussi lui dire "au revoir"
    pcq oui, il fut, il fut là, synonyme d'espoir
    il fut là, qd tu as pris soin de lui.
    c'est un deuil d'une douleur incroyable, proportionnelle à l'attente, à ces 8 années, à cet immense espoir qu'il fut
    tu sais ce que je te souhaite, tu sais que lorsque le ciel, la nuit, se montre clément, ce sont toutes ces étoiles que je vois comme porteuse d'espoir
    autant d'espoir que d’étoiles... c'est ce que je t'envoie
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma douce!
      Merci pour tout, tes mots, tes conseils, ton homéo, ton soutien.
      Je t'embrasse également

      "Quand le soleil se couche, les étoiles apparaissent" ;-)

      Supprimer
  11. Salut Lilou,
    J'étais contente de voir de tes nouvelles.
    Ton récit et ton désespoir m'ont fendu le coeur,
    tant de batailles, tant d'espoir en lui et que tout bascule si injustement,
    je n'ai pas les mots qui pourraient t'apaiser,
    il n'y a d'ailleurs pas de mot je pense,
    Tu es courageuse,
    exprimer ta douleur , hurler ce mal comme te le conseille Fabienne,
    je pense à toi, à ton deuil, à ta peine,
    te laisser du temps,
    Je t'envoie tout mon réconfort .Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, c'est sur que nos parcours sont compliqués...
      Prends soin de toi la couveuse ;-)
      Je croise XXXX

      Supprimer
  12. Je reviens régulièrement ici dans l'espoir d'y découvrir une bonne nouvelle. Au début de ton article j'y ai cru et petit à petit j'ai stressé à l'idée que cet article ne soit qu'une mauvaise nouvelle. Tout comme toi finalement pendant ces semaines d'attente et d'espoir. Je suis vraiment désolée de ce qui vous arrive. Je suis passée par la 3fois.la dernière c'était en octobre... je suis désolée aussi parce qu'en plus de l'angoisse du test négatif vous allez aussi avoir l'angoisse du positif et des 3 mois de doute et de peur. Vous ne méritez pas ça, personne. Mais je vois aussi de l'espoir. Une accroche a eu lieu!!! Je ne sais pas ce qui a changé dans ton traitement, dans la prise en charge, mais quelque chose s'est passé et il faut que tu gardes ça en tête. En attendant , prends le temps qu'il faut, remettez vous de cette épreuve et j'espère à très vite pour une belle et bonne nouvelle. De tout cœur avec toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surprise (agréablement) d'avoir encore des lectrices!
      Désolée pour tes multiples FC, c'est juste horrible...

      Il reste à retenir l'accroche, c'est le verre à moitié plein, tu as raison!
      Merci pour ton soutien.

      Supprimer
  13. je viens toujours régulièrement dans l'espoir de lire une belle nouvelle et j'y croyais au début de ton article....mon dieu, je n'ai pas les mots, c'est tellement injuste, au bout de tout ce temps, tous ces essais, cette énergie, cet espoir si fin...je te comprends tellement...je te souhaite la force d'affronter tous ces évènements, de prendre du recul et de recommencer quand ton cœur sera apaisé...je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On sait bien qu'il n'y a pas de mérite en PMA... Cela reste très injuste effectivement...
      Merci pour tes mots. Bises

      Supprimer
  14. Lectrice anonyme, j'étais passée et je n'avais pas trouvé les mots. Je ne les ai toujours pas. Je peux juste dire: vous avez continué,et il y a eu accroche!!!
    Je croise les doigts et prenez le temps pour vous deux.Et j'espère pour votre futur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes espoirs (nous aussi, on espère!) et pour ton passage!

      Supprimer
  15. J'ai cru à une fin heureuse pour toi en lisant cet article. je suis triste pour toi, tellement déçue. Je pense bien à toi c'est tellement injuste, j'espère que ça arrivera bien avant 8 ans. plein de bisous de réconfort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, 8 ans, c'est beaucoup, beaucoup trop long...
      Bisous

      Supprimer
    2. Lilou je guettais régulièrement, j'espérais tellement pour toi, que dire, les larmes aux yeux, j'espère tant que
      tu vas te ressourcer et retrouver la force ; si ça peut t'aider, après de multiples tentatives et fausses couches, l'espoir peut être là, tu le sais, je ne sais pas si ça peut t'aider et t'encourager de te dire cela, d'autres te l'ont dit, j'espère tant que tu vas y arrriver, sincèrement. Coco

      Supprimer
    3. Merci Coco pour ton passage!
      L'espoir existe c'est certain, mais c'est long... trop long...
      Bisous

      Supprimer
  16. voila un moment que je venais sur ton blog
    en espérant avoir des nouvelles car même si je suis passée del'autre côté de la barrière je n'oublie jamais
    ces années d'attente , les larmes, la colère, parfois la jalousie...

    J'ai commencé à lire l'article toute heureuse et je suis très peinée de la fin.
    J'espère vraiment que tu pourras bientot couver ce petit bébé que tu attends si fort.
    Comme tu as dit 8 ans c'est beaucoup trop long...

    Courage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi qu'un autre positif viendra, avec surtout un bébé à la fin!
      Tout est possible dans un sens comme dans l'autre... Merci de me lire encore!

      Supprimer
  17. Je venais, je repartais, et puis je suis revenue aujourd'hui, j'ai commencé à lire avec beaucoup d'espoir, et puis, comme toutes celles qui sont passées avant moi, une énorme tristesse à la fin. Bien moins intense que celle que tu vis, comment ressentir le chagrin, même si je sais au fond de moi ce que ça fait.
    Oui, 8 ans, c'est long, c'est beaucoup trop long. Mais je vais juste te dire : tu peux encore y croire, j'ai mis 15 ans avant d'avoir enfin dans mes bras mon bébé à moi... Tu as entamé une grossesse, tu as pu le faire, tu peux encore y croire, il faut y croire, même si on si souvent envie de tout envoyer chi*r parce ce n'est pas juste, pas juste quand ça semble si facile pour beaucoup, pas juste de souffrir autant alors que tout ce qu'on voudrait, c'est un enfant à aimer.
    Je te souhaite de trouver, jour après jour, de la force, de l'espoir, mais aussi de la joie dans chaque jour qui passe. Et je vais surtout espérer très fort que tu l'obtiennes ton autre positif, et qu'il t'emmène jusqu'à l'autre rive...
    Courage!!!

    RépondreSupprimer
  18. C'est sûr que les nouvelles on les espère autre quand on voit un nouvel article.
    Mon côté positif te dirait oui, il y a eu une accroche donc du changement et de l'espoir.

    Mon côté de pmette te dirait que c'est très dur de vivre un heureux ui enfiin dans sa vie, et ensuite, de suite, l'angoisse du taux qui ne se multiplie pas par deux et la fausse couche en dénouement de cet embryon couvé. C'était le début du chemin vers votre vie à 3, ça fait mal et apparemment physiquement, cela a été dur.

    Reprendre la vie comme avant ... on est bien obligé car on n'a pas le choix. Ce bébé de vous tant espéré, que vous aviez apprivoisé, acceuilli il a disparu avec tout ce sang.

    Je crois que tu vas vivre les étapes du deuil que l'on ressent dans des pertes quelles qu''elles soient et qui font mal, font souffrir et le plus souvent, le bonheur revient quelque temps après.

    Il faut garder son courage, pleurer, hurler, crier, être sidérée, en colère, triste, pour croire en autre chose, voir d'autres projets.

    Je dis ça mais jamais je n'ai été enceinte.

    Des biz.

    Moi je te dirais aussi qu'être entourée, sentir que tes ami(s) ne cessent de te tenir la main (c'est pas de moi mais du blog d'une maman qui attend d'adopter) c'est ce sur quoi tu peux te poser actuellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes mots Monoi!
      Je ne commente plus chez toi, mais j'ai lu avec beaucoup d’émotions ton cheminement Adoption et ton BJB!!

      tu as raison, être entourée est indispensable. Bisous

      Supprimer
  19. Je n'ai pas vraiment de mots...
    Je suis tellement, tellement désolée....
    J'aurais envie de te dire que c'est un signe encourageant, le début d'un espoir.
    Mais je sais bien que c'est une grosse connerie et que rien ne peut te consoler...
    J'ai envie malgré tout de te dire de garder espoir, que la roue peut tourner... (mais c'est pas plus consolant).
    Je peux juste te dire que je pense très fort à toi et que DN est décidémment une sacrée put...
    Courage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pute, c'est le mot!! c'est clair!

      Merci pour tes pensées, ton passage, ton commentaire. Bisous à toi et wonder

      Supprimer
  20. Salut Lilou,
    Exactement deux mois depuis ton post.
    J'espère que tu vas bien.
    Je n'ose pas te demander où tu en es dans toute ces épreuves?
    Je n'ai pas trouvé ton mail .
    J'ai besoin de toi pour des infos sur la biopsie de matricelab dumoins connais tu un gynéco qui la fasse sur Toulouse?
    L'avais tu faites à SJL?
    Si j'ai bien compris Purpan en avait rien à faire de cet examen là?
    Merci de ta réponse ma tendre Lilou.
    Je t'embrasse très très fort.
    contesdefiv@yahoo.fr

    RépondreSupprimer
  21. Lilou... Je repasse par chez toi... Je suis désolée je connais que trop bien ces putain de premier avril. Je sais aussi que le corps a une mémoire et que qd ça s accroche une fois il y a la preuve que c est possible. La prochaine fois l embryon n aura pas d anomalie et poursuivra son développement. Tu feras ta rentrée des classes avec ton ou tes enfants quand je repasserai par là plus tard ;) Meilleures pensées Lilou je ne t ai pas oublié malgré les années comme on dit. Tu vas la franchir de nouveau cette putain de barrière garde confiance. Bibis de Djemie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que le temps te donnera raison et qu'il y aura une rentrée des classes un jour!
      Merci pour ton passage.
      Des bisous à toi et l'oisillon

      Supprimer
  22. Coucou Lilou toutes mes pensées !!!!bisous

    RépondreSupprimer
  23. Coucou Lilou, des pensées pour toi... Donne des news. Des bises de la Bonnemine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de news à donner malheureusement...
      1 an après, rien de neuf... Si ce n'est +1an.
      On a repris le dessus, même si ce mois de mars est un cauchemar à revivre!
      bisous

      Supprimer
  24. Pas de nouvelles depuis longtemps, presqu'un an de silence. J'espère que tu as pu reprendre le dessus. Regarder à nouveau les jours qui passent avec moins de douleur et de tristesse.
    Des bises du monde virtuel, à nouveau,
    Virgo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une année difficile, où on a mis du temps à reprendre le dessus.
      Il reste encore à passer ce mois de mars, les dates anniversaire, c'est terrible...
      Merci pour ton passage et tes bises!

      Supprimer
  25. Coucou,
    Je pensais a toi tout a l'heure après avoir lu un autre blog.

    Comment vas-tu?
    Le passage du mois de mars n'a pas été trop dur?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est gentil de prendre de nouvelles!
      Disons que je suis contente quand nous sommes enfin arrivés au mois d'avril!

      Supprimer
  26. Fabienne a distillé un petit indice sur ce que vous vivez en ce moment, j'espère que tout va bien et je continue de penser à vous.

    Banane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'instant tout va bien!
      Echo morpho ce jeudi. Que le rêve continue!
      Merci pour tes pensées

      Supprimer